La galette bleue

Le Hobbit - La Désolation de Smaug 3D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur le film

0/5
 
0,5/5
 
1/5
 
1,5/5
 
2/5
 
2,5/5
 
3/5
 
3,5/5
 
4/5
 
4,5/5
 
5/5
 
 
 
Voir les résultats

Le Hobbit - La Désolation de Smaug 3D

Message par Magyalmar le Dim 5 Avr - 16:01



Réalisateur : Peter Jackson
Acteurs : Martin Freeman, Ian McKellen, Richard Armitage, Orlando Bloom, Evangeline Lilly...
Durée : 3h05
Année : 2013
Editeur : Warner
Format : 2.35

Résumé :
Le Hobbit Bilbon Sacquet, le magicien Gandalf et les 13 nains, dirigés par Thorin Écu-de-Chêne poursuivent leur quête pour récupérer le Royaume d'Erebor. Au cours de leur périple, ils affrontent Beorn le changeur de peau, les araignées géantes de la Forêt Noire, les Elfes Sylvestres menés par Legolas, Tauriel et le roi Thranduil , puis croisent la route d'un homme mystérieux : Barde, qui les aide à s'infiltrer dans Lacville. Finalement arrivés au Mont Solitaire, ils doivent faire face à la créature la plus terrifiante de tous les temps : le dragon Smaug...


------------------------------------------------------------------------------------------------

Un avis :

Le Hobbit - La désolation de Smaug 3D (version "longue")


Les défauts sautent un peu plus aux yeux après ce deuxième visionnage, notamment un rythme assez étrange et déconcertant dans la première heure, et surtout les personnages de Laketown, tous ratés sans exception à trop pousser la caricature.

Pourtant que reste-t-il en tête à l'heure de faire le bilan, et après avoir affronté un troisième épisode en trois-quarts-de-teinte ? Avant tout, un nombre incalculable de scènes monstrueuses, le souffle joyeusement épique de la trilogie à son paroxysme, et un vrai plaisir de gosse.

Bizarrement je serais incapable de dire quels sont les ajouts de cette version (encore plus) longue, de mémoire il y a peut-être toute la sous-intrigue sur le père de Thorin. Pour le reste, rien qui ne déséquilibre ou change véritablement la face du film.

3D :
Un degré de maîtrise désormais insolent avec un relief naturel encore plus beau qu'au cinéma. Détachement et profondeur impressionnent, en particulier sur les plans au ras du sol ou entre deux murs, les jaillissements sont plus rares mais le réveil de Smaug fait toujours son petit effet. Pour chipoter, quelques rares dédoublements à signaler et la première scène du deuxième disque fait pâle figure en termes de volumes.
Technique :
Un sans faute.
avatar
Magyalmar

Messages : 1589
Date d'inscription : 20/11/2014
Age : 31

http://www.senscritique.com/magyalmar

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum